home
official discography & live recordings [bootlegs]
pictures
interviews
bibliography
more
links

 

Interview n°7

 

Kraftwerk : Les Inrockuptibles n°369 du 18 au 24/12/02

 

Rencontre / Interview de Ralf Hütter
[Les Inrockuptibles n°369 du 18 au 24/12/02 - Propos recueillis par Joseph Ghosn]

 

A propos des débuts de Kraftwerk :

Ralf Hütter - Il fallait trouver une orientation pour la musique après la guerre. Nous faisions partie de la première génération allemande née après guerre, et nous cherchions notre voie. mais nous avons eut de la chance parce que dans des villes comme Düsseldorf -ou Détroit au USA plus tard-, les conditions de création d'une telle musique sont idéales.

A propos des 3 premiers albums de Kraftwerk :

Ralf Hütter - Nous venons de finir de travailler sur les vielles bandes d'origine et de les remasteriser. Nous comptons rééditer bientôt ces trois premiers albums.

A propos d' Autobhan :

Ralf Hütter - Nous avons fait beaucoup d'essais et Autobahn représente une évolution par rapport aux premiers albums. Nous y avons abouti presque par hasard, en voulant utiliser la langue de tous les jours, la poésie quotidienne qu'on entend dans les conversations. ce morceau était comme une idée sortie d'un rêve, avec des sons de caoutchouc et de pneus qui heurtent l'asphalte de manière répétitive et ininterrompue. Au début, d'ailleurs, le disque a fait un flop, avant d'être repris par les radios et de devenir un succès international. En Allemagne nous n'avons jamais eu besoin de star-système : c'est une antiquité Hollywood.

A propos de l'évolution du studio Kling Klang :

Ralf Hütter - Aujourd'hui nous avons tous les sons de Kraftwerk à l'intérieur de nos ordinateurs portables. Il y a dix ou quinze ans, nous avons commencé à tout numériser, à transposer nos sons du magnétophone au disque dur. Aujourd'hui, nous avons terminé ce travail : longtemps, notre studio Kling Klang pesait cinq tonnes et il nous clouait sur place. Il était devenu impossible de bouger, de faire des concerts. Maintenant nous retrouvons la légèreté de notre période amateur.

Nostalgie…

Ralf Hütter - Lorsque nous avons retrouvé les vidéos qui accompagnent Neon lights, j'était très ému, car ces images montrent des néons et des endroits qui n'existent plus, qui ont été détruits, mais qui qui ont été préservés sur nos petits films.

 

[Rencontre, à l'occasion des 3 concerts de Kraftwerk en Septembre 2002, à la cité de la musique de Paris]

Interview n°6

 

Interview n°8